Livres

Les enfermés de l’Amérique

Disparu l’an dernier, Philippe Rahmy a laissé ce texte percutant où résonnent les voix cloîtrées de l’Amérique, et la sienne.
Les enfermés de l’Amérique
Posthume, ce road-trip digressif semble vibrer du «bruit de fond de l’Amérique». TINA HAND
Roman

Il disait détester les voyages, partait malgré tout, en ramenait des phrases pour tenir debout. Philippe Rahmy ne croyait pas vraiment à cette maladie qui le condamnait à l’immobilité, et qui a fini par lui voler la vie en octobre dernier. Baroudeur friable, il n’aura cessé de vouloir échapper à l’enfermement qu’impose la fragilité. En 2016, l’égyptologue poète genevois baignait ainsi dans la touffeur marécageuse de l’arrière-pays floridien. A travers

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion