Neuchâtel

Police: la tentation martiale

L’annonce de la police de vouloir équiper ses patrouilles de fusils d’assaut suscite le débat parmi les experts. Y a-t-il un risque de militarisation de la police?
Police: la tentation martiale
A Neuchâtel, la police jouit plutôt d’une bonne image La surarmer pourrait nuire à sa relation avec la population. KEYSTONE
Police

La police neuchâteloise a-t-elle les yeux plus gros que le ventre? La question se pose après que les pandores cantonaux ont annoncé leur désir, il y a dix jours, de vouloir équiper les patrouilles de police secours de fusils d’assaut, alors que seul le groupe d’intervention en dispose à l’heure actuelle. Entre acceptation et franche inquiétude, le sujet divise les spécialistes. Même s’il existe un débat à l’interne, la hiérarchie

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion