Arts plastiques

AES+F, l’art qui venait du froid

Au MAH, avec son univers inspiré des canons mondialisées autant que de l’art renaissant, le collectif russe fascine. Sans toujours convaincre.
AES+F, l’art qui venait du froid
Dans l’installation vidéo Inverso Mundus (2015), les pauvres donnent l’aumône aux riches. AES + F
Collectif

Conçu à une époque où les étés caniculaires tenaient de la science-fiction, le vénérable Musée d’art et d’histoire (MAH) transpire désormais à grosses gouttes – il est régulièrement contraint, en juillet-août, de fermer certains espaces. Avec l’exposition «Theatrum Mundi», les salles palatines bénéficient toutefois d’une microclimat favorable: d’une esthétique glaciale, les œuvres présentées font parfois regretter la petite laine restée au domicile. S’inspirant des l’imagerie globalisée de notre époque – celle de

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion