Suisse

L’UDC romande a fini de rire

A un an des élections fédérales, le parti blochérien doit faire face à quatre départs sensibles.
L’UDC de Suisse romande a fini de rire
En Suisse ­romande, l’UDC s’est peut-être trop reposée sur l’élection du Vaudois Guy Parmelin au Conseil ­fédéral, à la fin 2015. KEYSTONE
Politique

C’était à l’automne 2015. L’UDC remportait 12 sièges aux élections fédérales en Suisse romande, un record. Dans la foulée, le Vaudois Guy Parmelin était élu au Conseil fédéral. Alors que le parti commençait à connaître un tassement en Suisse alémanique, il portait ses espoirs sur les Welches pour continuer à progresser. L’UDC en Suisse romande était en pleine euphorie. Et là, patatras! Elle s’est mise à courir de bisbilles en déroutes

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion