Solidarité

«L’Equateur fragilise les femmes»

Licenciements dans la fonction publique, privatisations et précarisations des conditions de travail affecteront particulièrement les femmes, craint la militante féministe équatorienne Katherine Prado.
«L’Equateur fragilise les femmes»
«Traîtres (traidores)». En juin dernier, des manifestants se réunissaient devant la Cour nationale de justice, qui avait décidé de lancer des poursuites judiciaires contre l’ex-président Rafael Correa, accusant les juges de se prêter à une machination politique. KEYSTONE
Amérique latine

L’Equateur connaît un virage politique à 180 degrés depuis un an. Un tournant pour le moins inattendu car Lenin Moreno, le nouvel homme fort élu en avril 2017, s’inscrivait dans le sillage du président socialiste Rafael Correa, dont il était le vice-président. D’une politique basée sur le renforcement des droits citoyens et sociaux, la redistribution des richesses nationales et la construction de services publics forts, menée contre vents et marées

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion