Musique

Un rasta en haut de la pyramide

Il incarne la relève du son jamaïcain d’aujourd’hui, à la fois traditionnel et urbain. Kabaka Pyramid est en tête d’affiche du festival genevois Plein-les-Watts samedi. Entretien.
Un rasta en haut de la pyramide
Venu du hip hop, Kabaka Pyramid s’est tourné vers le reggae et la philosophie rasta. FERNANDO F. HEVIA
Reggae

Dans l’univers du reggae, la tentation est grande de se poser en puriste, garant du son le plus roots et originel possible. Pas Keron Salmon, alias Kabaka Pyramid. Invité par le festival Plein-les-Watts à clore la soirée de samedi, le jeune ­prodige de Kingston mélange reggae, hip-hop et dancehall sur un premier album, Kontraband, sorti au début de l’été. Une réussite impériale pour celui dont le ­pseudo se réfère au

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion