Culture

Les Aubes ou l’éternel recommencement

En août, sur la jetée des Bains des Pâquis, le soleil se lève en musique, sacrée et profane, ancienne et contemporaine.
Les Aubes ou l’éternel recommencement
Le programme de Marie Jeanson comprend deux expos de partitions graphiques. JEAN-PATRICK DI SILVESTRO
Genève

Les Bains des Pâquis, en été, c’est cette oasis qui permet d’échapper au bruit du trafic et au béton surchauffé, le temps de faire trempette ou de déguster un plat du jour. Le brassage de populations est une autre vertu du lieu bâti en 1932, sauvé de la démolition en votation il y a trente ans et géré depuis par l’Association d’usagers des Bains des Pâquis (AUBP). Parmi les multiples

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion