Suisse

Le piège du crédit à la consommation

Les étrangers solliciteraient plus souvent un crédit pour leurs achats. Un réflexe qui s’avère pernicieux.
Le piège du crédit à la consommation 1
La surreprésentation des étrangers dans les cas de surendettement ne s’explique pas par une gestion irresponsable de leurs ­dépenses. KEYSTONE/photo prétexte
Endettement

Près de 45% de demandes de prêt proviennent d’étrangers résidant en Suisse, c’est le chiffre auquel parvient Credaris, une banque spécialisée dans l’octroi de crédits à la consommation. Considérant que les étrangers représentent seulement 25% de la population suisse totale, l’établissement zurichois conclut que ceux-ci recherchent «nettement plus fréquemment» un crédit privé que les autochtones. En chiffres 24 000 francs > La somme moyenne demandée aux organes de crédit à la

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion