Livres

L’amour était presque parfait

Le dernier roman de Lolvé Tilmanns entrelace les points de vue pour raconter un amour contrarié.
L’amour était presque parfait
Littérature romande

Si le titre du cinquième roman de Lolvé Tillmanns sonne comme une promesse, ne perdons pas de vue que l’histoire commence par l’arrivée soudaine de policiers dans une chic demeure suisse. Des coups de feu ont été entendus. D’amour il sera bien question, pourtant, mais rimerait-il avec crime? Dans le polyphonique Un Amour parfait, nous nous attacherons aux pas d’Elisabeth et de Matthew, deux enfants nés le même jour de

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion