Société

Un délit difficile à voir

Présidente du centre de compétence contre les mariages forcés, Anu Sivaganesan tire la sonnette d’alarme.
Un délit difficile à voir
En Suisse, le cadre légal fait du mariage forcé un délit poursuivi d’office. KEYSTONE
Mariage forcé

A la belle saison, des familles profitent des vacances pour obliger leurs enfants à se marier dans leur pays d’origine. «Chaque année avant et pendant l’été, c’est la même chose: les demandes d’aide se multiplient», s’alarme Anu Sivaganesan. Dans le domaine de la lutte contre les mariages forcés, cette Zougoise de 31 ans fait assurément partie des spécialistes en Suisse. L’ONG Service contre les mariages forcés, qu’elle préside, a été mandatée

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion