La gauche y voit un virage, la droite non

Les réactions à la nouvelle manière de diriger les Affaires étrangères divergent. Pour Christian Levrat, c’est un grand virage à droite qu’a amorcé Ignazio Cassis: «C’est la première fois depuis trente ans que j’ai des objections de fond à la politique extérieure de la Suisse et à la manière de la mener. Même si nous avons eu à sa tête aussi bien des ministres socialistes que PDC ou PLR, il

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion