Genève

Psychodrame au Parti socialiste

Le refus de l’assemblée générale du Parti socialiste d’autoriser Carole-Anne Kast et Sandrine Salerno à siéger à la fois au Grand Conseil et dans les exécutifs de leurs communes respectives continue d’étonner. Pourtant, cette décision a l’avantage d’ouvrir la voie à la relève.
Psychodrame au Parti socialiste
Depuis l'assemblée générale de la semaine passée, la République semble s’être levée comme un seul homme pour s’étonner d’un tel autogoal socialiste. JPDS
Analyse

Ainsi, il aura manqué trois petites voix à Carole-Anne Kast et Sandrine Salerno pour obtenir l’aval de plus des deux tiers de l’assemblée générale du Parti socialiste pour pouvoir siéger à la fois au Grand Conseil et dans les exécutifs de leurs communes respectives (Onex et Genève). Depuis cette fameuse assemblée la semaine passée, la République semble s’être levée comme un seul homme pour déplorer la perte de deux excellentes

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion