Musique

Alchimiste radical

Sur le deuxième album de Zeal & Ardor, Stranger Fruit, Manuel Gagneux perfectionne son mélange instable de gospel et de black metal.
Alchimiste radical
Manuel Gagneux a été chercherl’inspiration à New York avant de revenir à Bâle pour réunir les musiciens de Zeal & Ardor. DR
Disque

Coup de tonnerre, il y a deux ans, quand «Devil is Fine» («le Diable est bon») célébrait le Malin par la bouche de Manuel Gagneux. La tonalité negro ­spiritual de la chanson laissait la place, sur une large portion du premier album de Zeal & Ardor, à la furia black metal – trémolos de guitares saturées, rafales de double grosse caisse à tombeau­ ouvert. Et c’est précisément sur ce style pris au pied

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion