Régions

Sécurité sous écrans de fumée

Les caméras de vidéosurveillance se multiplient dans l’espace public. Beaucoup de maires sont séduits par ces nouveaux outils. Celui d’Ambilly, en France voisine, dénonce un onéreux leurre.
Sécurité sous écrans de fumée
Guillaume Mathelier: «Dans la région je suis connu comme ‘le maire qui ne veux pas de caméras’. C’est comme si on espérait que le pire arrive dans ma commune, pour me montrer que j’ai tort.» JEAN-PATRICK DI SILVESTRO
France voisine

Les systèmes de vidéosurveillance de l’espace public rencontrent un succès grandissant ces dix dernières années. Genève dispose depuis 2014 de caméras aux Pâquis et aux abords de la gare. En France voisine, Guillaume Mathelier, maire d’Ambilly, est un des rares élus de sa région à s’y opposer formellement. Entretien. Pourquoi vous positionnez-vous contre les caméras de vidéosurveillance? Guillaume Mathelier: D’abord parce que j’ai la conviction profonde qu’il faut protéger les

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion