Scène

Julien Mages. Salvatrice poésie

Le dramaturge et metteur en scène, inspiré par les poètes, monte un texte de Latifa Djerbi, sur fond de révolution tunisienne.
Rimbaud, mais aussi Jules Laforgue, René Char ou Adonis inspirent l’auteur vaudois. JEAN-PATRICK DI SILVESTRO
Théâtre

«Rimbaud flotte dans toute mon œuvre. C’est l’un des premiers poètes que j’ai lus très jeune, raconte Julien Mages, avant des répétitions au Théâtre Saint-Gervais, à Genève. Et pas le plus facile. Je le relis tous les ans, comme Beckett (‘qui fait marcher des clowns sur les décombres de l’horreur’). Je suis étonné de voir aujourd’hui du politique chez lui. Dans un poème en prose, il évoque carrément, presque deux

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion