Suisse

Dépendance sous-estimée

Pour Addiction Suisse, les ­acteurs de la santé doivent faire encore des efforts pour limiter la consommation de somnifères.
Dépendance sous-estimée 1
La consommation de somnifères est un problème tabou et sous-estimé, selon Corine Kibora, porte-parole d’Addiction Suisse. PIXABAY/CC
Addictions

La consommation de somnifères est un problème tabou et sous-estimé. C’est ce que soutient Corine Kibora, porte-parole d’Addiction Suisse, une fondation indépendante active dans la prévention des dépendances. Plusieurs facteurs expliquent l’importante prescription des somnifères, selon elle. «Il y a d’une part la demande des patients. Il peut aussi être tentant de prescrire un médicament qui est efficace immédiatement, plutôt que d’explorer les thérapies alternatives. Les ­médecins disposent d’une vaste

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion