Cinéma

Vaine haine à Medellín

Brut et peu bavard, Matar a Jesús, de la cinéaste Laura Mora, séduit par son économie narrative, son intrigue ténue mais tenue.
Vaine haine à Medellín
XENIX FILM DISTRIBUTION
Film

Dans la présentation de son film pour la presse, Laura Mora disserte sur l’identité colombienne, le cercle vicieux de la violence, l’injustice et la transgression morale. Inutile de théo­riser: Matar a Jesús (Tuer Jesús) est limpide. Brut et peu bavard, il séduit par son économie narrative, son intrigue ténue mais tenue. Etudiante en art à l’université de Medellín, Paula voit son père assassiné sous ses yeux, en pleine rue. Peu

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion