Disparition et fantasmes de l’au-delà
Sondos Belhassen et Ali Yahyaoui dans Benzine de Sarra Abidi. SYNERGY PRODUCTIONS
Cinéma

Disparition et fantasmes de l’au-delà

De l’impact familial d’un exil tunisien au paradis phallocrate des djihadistes en Algérie, le Festival du film oriental de Genève questionne le hors-champ et l’invisible.
Festival 

Comment une absence peut-elle travailler jusqu’au drame la vie d’un couple et révéler l’éternité d’une douleur intime et sociale? C’est au cœur de ces dimensions archaïques et métaphysiques que se déploie Benzine, à découvrir au Festival international du film oriental de Genève (FIFOG), dont la 13e édition débute samedi. Magnifique et contemplative fiction à base documentaire, ce film a été tourné dans le Sud-Est aride et démuni de la Tunisie,

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion