Scène

Visages à nu

A la Comédie de Genève, Myriam Boucris monte deux pièces en miroir avec des migrant-e-s et des étudiant-e-s. Reportage dans les coulisses d’un travail de médiation et de création
«Les Visages cachés de ma ville 2», création collective à découvrir sur la scène de la Comédie dès mardi prochain. CAROLE PARODI
Médiation culturelle

Journée grise. Il tombe des trombes d’eau à Genève ce lundi de mars. On franchit le seuil de la salle Caecilia, rue Carteret, à deux pas des Grottes. A l’abri, passé le sas d’entrée faisant un peu office de salle à manger, on pénètre dans l’antre décati de cet ancien théâtre qui sert de salle de répétition à la Comédie de Genève. Il est 16h30 et des poussières. Une vingtaine

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion