Suisse

Les capucins se mettent à table

Evêché cachottier, Ordre dissimulateur et justice peu curieuse ont profité à l’ex-capucin J. A. durant 45 ans.
Les capucins se mettent à table
«Nous sommes conscients que le mal fait ne peut être totalement réparé», confesse Frère Agostino del Pietro, provincial des capucins. (KEYSTONE/Jean-Christophe Bott)
Abus sexuels

Une congrégation religieuse qui mandate une commission indépendante afin de faire la lumière sur des abus sexuels commis par un de ses membres? Voilà une démarche inédite de l’Ordre des frères mineurs capucins (OFM Cap.) de Suisse. Il faut dire que le cas de J. A., un ancien capucin actif en Suisse romande, puis déplacé en France à cause de ses actes pédophiles, est choquant. Par sa durée, d’abord: une période

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion