Genève

Les taxis réclament la suspension des activités d’Uber

Les taxis dénoncent des «pratiques déloyales» et réclament la suspension des activités d’Uber et de ses entreprises partenaires.
Les taxis réclament la suspension des activités d’Uber
En juin 2017, les chauffeurs des taxis genevois manifestaient déjà contre Uber. KEYSTONE SALVATORE DI NOLFI
Uber

 Les représentants du milieu professionnel des taxis genevois réclament la suspension des activités d’Uber et de ses entreprises partenaires. Ils se réfèrent pour cela à la récente prise de position du Secrétariat d’Etat à l’économie (Seco) (notre article du 20 mars 2018). L’autorité fédérale estime en effet que les chauffeurs employés par les entreprises sous-traitantes peuvent être considérés comme des employés d’Uber. Par conséquent, un salaire minimum et des participations aux charges

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion