Genève

Contre-attaque de la numéro 2 du DIP

Suspendue, Marie-Claude Sawerschel affirme que le mandat confié à son compagnon par Anne Emery-Torracinta l’a été en toute connaissance de cause. Elle estime être un «bouc émissaire».
Contre-attaque de la numéro 2 du DIP
La cheffe du DIP, la socialiste Anne Emery-Torracinta, a elle-même signé le contrat, sachant qui était M. Wehrli mais pensant «en toute bonne foi» que c’était possible. JEAN-PATRICK DI SILVESTRO
Instruction publique 

«Je suis dans la peau d’un bouc émissaire!» Suspendue le 17 mars, la secrétaire générale du Département de l’instruction publique (DIP), Marie-Claude Sawerschel, juge «scandaleux» le traitement qu’elle a subi et réfute tout manquement de sa part dans une interview à la RTS. Pour rappel, le Département présidentiel a ouvert une enquête administrative contre la numéro 2 du DIP, suspendue le 17 mars, dans le cadre d’un mandat de 50 000 francs attribué à la

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion