Livres

Le temps qui passe brouille les souvenirs

L’Oubli de Philippe Forest est centré sur l’expérience intérieur d’un narrateur qui doute. Etrange et émouvant.
1
littérature française

La couverture de la Collection blanche décrit L’Oubli comme un «roman». Mais le narrateur lui-même convient, à la fin de son texte, que son roman n’en est pas un. En tout cas pas tout à fait. L’Oubli n’entre pas dans un cadre convenu. Il n’y a pas d’intrigue. Le temps est dilué, imprécis, comme dans l’expérience vague d’un rêve. L’espace est une île, dont on ne sait pas le nom,

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion