Genève

Dyslexie: la fronde contre le DIP se politise

Députée PLR, Nathalie Fontanet demande le rétablissement des mesures pour les élèves souffrant de troubles «DYS». Anne Emery-Torracinta est attaquée sur son terrain de l’école inclusive.
Dyslexie: la fronde contre le DIP se politise
(KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi)
Genève

«Sous prétexte d’une intégration pour tous et d’égalité de traitement, Anne Emery-Torracinta est en train d’exclure toute une catégorie d’élèves!» Nathalie Fontanet, députée PLR, demande dans une motion le rétablissement des aménagements en faveur des élèves souffrant de troubles «DYS» – dyslexie, dysorthographie, dyscalculie, dysgraphie et dyspraxie. Soit près de 2800 élèves à Genève. Comme l’a révélé Le Courrier  (dans son édition du 23 novembre 2017), le Département de l’instruction publique (DIP),

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion