Cinéma

Dérapage artistique

Avec humour et empathie, «Moi, Tonya» retrace le destin de la patineuse Tonya Harding, impliquée dans la fameuse agression de sa rivale Nancy Kerrigan.
La première patineuse américaine à réaliser un triple axel a vu sa carrière brisée. ELITE FILM
Biopic

L’affaire avait défrayé la chronique bien au-delà du petit monde du patinage artistique. En 1994, six semaines avant les Jeux Olympiques de Lillehammer, Nancy Kerrigan est agressée et blessée au genou. Il s’avère que l’entourage de sa rivale Tonya Harding est impliqué et celle-ci sera finalement condamnée pour faux témoignage. Une histoire en or pour les médias à l’époque, et taillée aujourd’hui pour un biopic dévoyé au scénario digne des

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion