International

L’Italie plus que jamais malade de sa loi électorale

Deux jours après le scrutin, le paysage politique se retrouve à fronts inversés.
L’Italie plus que jamais malade de sa loi électorale
Matteo Renzi avait conçu une réforme basée sur un système majoritaire qui devait «assurer» au parti vainqueur une majorité parlementaire. EPA/ETTORE FERRARI
Election

«L’objectif est de nous anéantir. C’est un coup mortel pour la démocratie!» En octobre dernier, Luigi Di Maio n’avait pas de mots assez durs pour dénoncer l’adoption de la nouvelle loi électorale italienne. La même loi qui a permis au Mouvement 5 étoiles (M5S) de devenir le premier parti du pays, et à son leader de prétendre au Graal, à savoir au poste de premier ministre. Deux jours après le

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion