Un oud pour panser les plaies de Palmyre
Avec Bidaya, le quintette Palmyra oppose à la déraison guerrière l'intelligence collective et l'harmonie. IRASCIBLE MUSIC
Musique

Un oud pour panser les plaies de Palmyre

Du désert syrien aux Alpes grisonnes, Bahur Ghazi cultive sur l’album Bidaya le métissage et la résilience.
Disque

Dans Bidaya, les rythmes se cabrent sur des inflexions latines, saveur tango relevée par l’accordéon, tandis que les mélodies de l’oud plantent le décor. Pas n’importe où: à Palmyre, site archéologique emblématique qui se dresse dans le désert de Syrie, pris en otage par l’Etat islamique. Musicien syrien établi en Suisse, Bahur Ghazi lui dédie un disque, Bidaya, «début» en arabe. Une ode à la beauté martyrisée et à l’héritage

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion