Solidarité

Pris au piège dans la Ghouta

Dans l’enclave de la Ghouta, près de Damas, presque un demi-million d’habitants subissent un siège et des bombardements qui les obligent à se réinventer pour survivre.
Pris au piège à Ghouta
Le 14 février 2018, neuf camions d’aide humanitaire ont pénétré dans la Ghouta, après quatre mois sans aucune aide extérieure. KEYSTONE
Syrie

Sur une liste de plus de 500 malades nécessitant une évacuation d’urgence, le régime syrien a permis à 29 personnes de sortir de la zone rebelle de la Ghouta orientale fin 2017. L’un des groupes armés d’opposition de cette banlieue est de Damas, Jeish al-Islam, s’était engagé à libérer des soldats de l’armée syrienne en échange. A l’époque, Francesco Rocca, président de la Fédération internationale de la Croix-Rouge, se voulait optimiste:

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion