International

Un accord au forceps

Angela Merkel salue la perspective d’un gouvernement «stable» après une alliance qui lui a coûté très cher.
Un accord au forceps
De droite à gauche, Angela Merkel, le leader de l’Union chrétienne-sociale en Bavière (CSU) Horst Seehofer et le président du parti social-démocrate Martin Schulz. KEYSTONE
Allemagne

Angela Merkel a posé mercredi les jalons d’un quatrième mandat de chancelière en Allemagne grâce à un accord de gouvernement conclu dans la douleur entre son parti conservateur (CDU), son allié bavarois (CSU) et les sociaux-démocrates (SPD), qui obtiennent des postes ministériels clés (lire ci-dessous). > Lire aussi notre édito: Grand coalition en Allemagne? «Le SPD dira un petit oui, de raison» Après l’accord de mercredi, la base sociale-démocrate va

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion