Livres

Paradoxes d’un guerrier de l’an mil

Dans Lettre à une trop jeune morte, Roger Bichelberger s’attache à la figure du violent comte d’Anjou dans un roman enlevé et documenté.
littérature française

Jetée du haut d’un rempart, elle survit à sa chute mais périt ensuite sur un bûcher. Les mœurs au seuil de l’an mil dénotent une indéniable violence: c’est ainsi que Foulques III, comte d’Anjou, a fait exécuter son épouse, qu’il soupçonnait d’infidélité à cause d’une grossesse jugée trop longue pour que sa fille Adèle ait pu être de lui. Dans Lettre à une trop jeune morte, l’écrivain français Roger Bichelberger met

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion