Lecteurs

Un peuple désinformé?

Yves Herren voit dans l’initiative «No-Billag» un vrai danger pour la démocratie.
Votations

La possibilité de ne plus payer la facture de la redevance Radio-TV, en échange de la disparition du service public audiovisuel: RTS, SRF, RSI, RTR, 34 chaînes de radio TV en quatre langues nationales, une économie de 451 francs par an et par ménage, voici ce que propose l’initiative mal nommée «No-Billag», un changement constitutionnel sans aucune mise en œuvre possible.

Le Conseil fédéral propose dès 2019 une redevance à 365 francs par an et ne fera plus appel à la société Billag perçue comme coûteuse et impopulaire, le gage d’une réelle et sérieuse remise en question devenue nécessaire.

Le peuple suisse chaque jour un peu plus informé sur les questions audiovisuelles nationales semblerait tout de même en partie atteindre le point de rupture, où l’immédiateté d’une possibilité d’économie prendrait le dessus sur la pérennité du service public audiovisuel national. On abandonnerait l’information nationale et locale contre une facture de moins à payer.

Un oui dans les urnes modèlera une Suisse aveugle et sans voix, des régions linguistiques non représentées, des informations et du contenu presque uniquement international, un patrimoine audiovisuel suisse perdu pour toujours, un peuple désinformé comme jamais, le pire danger pour une Suisse à démocratie directe aux enjeux politiques exigeants.

Yves Herren, candidat au Grand Conseil, Les Verts, Genève

Opinions Lecteurs Lettre De Lecteur Votations

Connexion