International

Pour Trump, «2018 sera cruciale»

Walid Phares, ex-conseiller de Donald Trump, dresse un bilan contrasté de l’an un du président.
Malgré toutes ses décisions controversées, Trump garde un noyau irréductible de partisans, comme ici des manifestants antiavortement. MICHAEL REYNOLDS/KEYSTONE
États-Unis

Un test cognitif l’a confirmé mardi: Donald ­Trump a toute sa tête. C’est dire s’il s’est rendu compte depuis longtemps qu’il est plus facile de gagner une élection que de gouverner. Une année après son entrée à la Maison-Blanche, le président américain défend un bilan tellement maigre qu’il tente de le gonfler à grand renfort de tweets et de déclarations à l’emporte-pièce. L’entrepreneur démolisseur continue de faire table rase de

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion