Genève

L’épuisement guette les infirmières scolaires

Pour faire face au nombre croissant d’élèves et à la complexité des situations, une pétition demande d’augmenter les effectifs des services de santé, de la crèche au post-obligatoire.
Le 23 novembre DR
École

Aujourd’hui à Genève, une infirmière scolaire (équivalent plein temps) est chargée de veiller sur 1800 élèves. Chacune d’entre elle se partage entre plusieurs écoles. Elles sont là pour répondre aux besoins des élèves en matière de santé, qu’il s’agisse de sexualité, de nutrition ou d’une jambe cassée, mais se retrouvent aussi en première ligne en cas de violence, harcèlement, etc. Sans oublier leur mission de prévention. Or, faute de moyens

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion