Scène

Ames nomades en terres aborigènes

A la Parfumerie, à Genève, Patrick Mohr et József Trefeli composent une fresque chorégraphique sur le nomadisme. Les Pistes ausculte avec bonheur le rapport de l’humain à la nature.
Emprisonné dans des déchets plastiques GREGORY BATARDON
Scène

«On croit qu’on va faire un voyage, mais bientôt c’est le voyage qui vous fait et vous défait», écrivait Nicolas Bouvier. Patrick Mohr s’est saisi des mots de l’auteur-voyageur dans Les Pistes, à voir au Théâtre de la Parfumerie, à Genève, pour tisser une toile langagière autour du nomadisme. Le metteur en scène convoque aussi son auteur fétiche Henri Michaux, quand il ne donne pas la parole à ses interprètes

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion