Suisse

Un garde-frontière devant la justice militaire

Selon l’acte d’accusation, le garde-frontière aurait refusé d’apporter des soins médicaux nécessaires à une Syrienne enceinte de huit mois.
Réfugiés

Un garde-frontière comparaît depuis mercredi devant la justice militaire à Berne pour la fausse couche d’une Syrienne lors de son renvoi. Il aurait refusé d’apporter des soins médicaux nécessaires à la femme enceinte. Le cas remonte au 4 juillet 2014. La femme, 22 ans à l’époque et enceinte de sept mois, ainsi que son mari faisaient partie d’un groupe de 36 réfugiés reconduit de Vallorbe (VD) à Domodossola (I) par

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion