Suisse

Toujours plus de décès pour apaiser

Selon le Fonds national, les besoins des mourants ne sont pas encore suffisamment pris en compte.  
elon le programme de recherche du Fonds national sur la fin de vie environ un quart des décisions de fin de vie sont prises sans discussion avec les patients ou leurs proches. Jean-Patrick Di Silvestro
Recherche

On parle beaucoup d’assistance au suicide, mais cette façon de mourir, pour médiatisée qu’elle soit, ne concerne que 1 à 2% des décès en Suisse. La plupart des personnes en fin de vie meurent à l’hôpital ou en EMS et il y a encore beaucoup à faire pour répondre à leurs besoins. Par exemple en développant les soins palliatifs, mais pas seulement. Selon le programme de recherche du Fonds national

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion