Genève

Un manque de confidentialité pour les étudiants précaires

Le dispositif a de quoi décourager. Les étudiants de l’université de Genève qui souhaitent obtenir une exonération de leur taxe d’encadrement (870 francs par an) doivent présenter leur dossier aux gestionnaires du Pôle Santé Social.
Le hall d'Uni Mail Albinfo - CC
Université

Problème: le contrôle des documents se fait dans une petite salle informatique en présence d’autres candidats. Les situations précaires de chacun s’exposent à voix haute, tout comme les informations sensibles. Certains étudiants dénoncent un manque de protection de la sphère privée. C’est le cas de Patrick*, qui recourt à ce service depuis deux ans. Alors que la démarche administrative est chronophage, l’étape de présentation du dossier peut, selon lui, être

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion