Égalité

Faut-il verbaliser le harcèlement de rue?

Des féministes estiment qu’il faut repenser l’espace public et le soutien aux victimes de violences de genre avant de créer de nouvelles lois qui risquent de rater leur cible. Interview de la sociologue Marylène Lieber.
Street art rue d'Aubervilliers JEANNE MENJOULET/CC BY 2.0
Sexisme

Le débat sur le harcèlement de rue occupe le devant de la scène en France. Conséquence de l’annonce de la secrétaire d’Etat chargée de l’Egalité, Marlène Schiappa, qui projette l’élaboration d’une loi pénalisant ce comportement sexiste. Toutefois, des féministes montent au créneau. Marylène Lieber, professeure en sociologie à l’université de Genève, fait partie des signataires d’une tribune publiée dans Libération le 26 septembre dernier qui s’oppose au projet de l’Etat

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion