Livres

Féconder la vie

Sylvain Tesson publie Une très légère oscillation, tranche de son journal où la beauté côtoie l’humour et la saillie. Rencontre.
«Il me semble qu’on se dirige vers de grandes tragédies THOMAS GOISQUE
Littérature

Depuis qu’il a chuté d’un toit lors d’une soirée d’ivresse entre amis un soir de 2014, Sylvain Tesson a réduit la voilure des longues expéditions. «J’ai pris cinquante ans en dix mètres», aime à dire l’affable ­solitaire, familier des plateaux télé, où sa sagacité captive. Certaines activités extrêmes attendront un peu avant d’être réitérées: bivouaquer à 5500 mètres en pleine tempête de neige; observer les saisons de sa mélancolie dans une

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Testez-nous
Au mois de juin,
nous vous offrons l'essai web 2 mois
profitez-en!

Connexion