Arts plastiques

L’art, de mémoire

La plasticienne Latifa Echakhch emplit le Manoir de Martigny de ses fragments de souvenirs réactualisés.
Latifa Echakhch devant Cross Fade (2016) CATHERINE TOUAIBI
Art

Parfois, un accrochage sort du lot, donne l’impression que chaque œuvre qui le compose est à sa place, ne pouvait pas être ailleurs, fait sens. Au Manoir de Martigny, «Dans la maison vide» est de ceux-ci. «Je voulais faire une exposition un peu généreuse, qui regroupe plusieurs pièces de ces six dernières années», explique Latifa Echakhch, dans les étages de la noble bâtisse. Le ventre pour le moins rond – sa

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion