Égalité

Mères célibataires au ban de la société

En Tunisie, la plupart des femmes non mariées qui tombent enceintes préfèrent fuir leur domicile pour éviter l’humiliation de leur famille. La loi contre les violences ne les protège que peu.
SEBASTIAN CASTELIER Une maman et son bébé au foyer pour mères célibataires de l’ONG Amal
Tunisie

Ghalia* dépose doucement son fils de cinq semaines dans un couffin posé au sol. «Mes parents sont très choqués», murmure-t-elle pour ne pas réveiller les autres nourrissons qui dorment dans la salle commune du foyer. Etudiante en psychologie, la jeune femme de 29 ans, qui vivait chez ses parents, est tombée enceinte sans le vouloir. Le père, marié, n’a pas quitté sa femme. Ghalia a choisi de garder l’enfant, transgressant ainsi

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion