Neuchâtel

Le Pantographe toujours sans toit

Le collectif fondateur du Pantographe, lieu aux multiples activités socioculturelles, a brièvement occupé une friche industrielle à Saint-Ursanne. Les échecs successifs pour se reloger provoquent l'amertume.
Quinze mois que le Collectif pour la culture recherche un nouveau pied-à-terre. PANTOGRAPHE FACEBOOK
Saint-Ursanne

Le Collectif pour la culture, fondateur du Pantographe, a brièvement occupé mercredi et jeudi des bâtiments appartenant aux Forces motrices bernoises (BKW) sur la friche industrielle de Bellefontaine à Saint-Ursanne. L’association protestait ainsi contre le refus de l’entreprise bernoise de mettre à disposition «des bâtiments abandonnés et pour lesquels aucun projet n’est prévu». «L’entreprise a décliné toute proposition de rencontre et nous a fait parvenir lundi une fin de non-recevoir

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion