Cinéma

La guerre syrienne entre quatre murs

«Une Famille syrienne» 
Hiam Abbas (au centre) campe la mère de famille. AGORA FILMS
Cinéma

«On voit beaucoup d’images des conflits armés à la télé­vision, mais on ne voit pas comment les gens se débrouillent au quotidien dans cette réalité dont ils sont otages», relève Philippe Van Leeuw. Voilà le sujet de son second long ­métrage, après le génocide rwandais dans Le Jour où dieu est parti en voyage. Le cinéaste belge enferme ainsi Une Famille syrienne ­durant vingt-quatre heures dans un appartement, alors que

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion