Solidarité

«Quelle liberté quand on est pauvre?»

Pour le philosophe Patrice Meyer-Bisch, il faut repenser le concept de liberté en économie. Spécialiste des droits culturels, il plaide pour une coopération participative.
«Une personne ou une population pauvre sont potentiellement riches SFI
Économie

Dans un monde en pleine mutation, le concept de solidarité exige d’être reformulé. Tel est l’avis exprimé par le philosophe suisse Patrice Meyer-Bisch, président de l’Observatoire de la diversité et des droits culturels et coordinateur de la chaire Unesco à Fribourg. Nous vivons sur une planète qui se meut entre un marché globalisé et l’augmentation des murs comme des peurs envers «l’autre», le différent. Comment interpréter ce contexte délicat pour

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion