Cinéma

Valse avec un fantôme

Mathieu Amalric caresse le mystère Barbara, dans un film-poème en trompe-l’œil emmené par une Jeanne Balibar impériale.
Un essai sur la création et l’incarnation JMH DISTRIBUTIONS / ROGER ARPAJOU
Cinéma

Nécrologie en images, le film biographique est une entreprise mortuaire. Un exercice souvent scolaire et semé d’embûches: hagiographie, académisme, mimétisme pour l’interprète du rôle-titre. Décidé à déjouer les pièges du genre, Mathieu Amalric opte pour la mise en abîme en guise de parade, avec un «film dans le film». Un cliché pour échapper aux clichés? Oui, mais subverti à son tour, car décliné jusqu’au vertige: dans ­Barbara, l’acteur-réalisateur incarne un

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion