Suisse

La tête du PLR jugée peu lisible

La majorité de la présidence n’a longtemps pas vu venir le ticket à trois.
Petra Gössi pris le relais de Philip Müller à la présidence du PLR en avril 2016. WICI/WIKIMEPIA/CC
Conseil fédéral

Jusqu’au milieu de la semaine passée, la présidence du PLR semblait au clair: il fallait désigner deux candidats pour l’élection à la succession de Didier Burkhalter au Conseil fédéral. Trois vice-présidents (sur cinq) prônaient cette stratégie, tandis que la présidente, Petra Gössi, certes plus neutre, avait déclaré «s’attendre à un ticket à deux noms», qui correspond davantage aux usages. On l’a constaté vendredi dernier: c’est le contraire qui s’est produit.

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion