Scène

Pour une création polymorphe

Le nouveau directeur de l’Arsenic, Patrick de Rham, a présenté un début de saison inspiré par la liberté et partagé entre perfos, concerts et work in progress.
«Je n’ai aucune volonté d’insuffler une direction particulière. L’initiateur Maxime Genoud
Lausanne

«Je souhaite que rien ne vienne s’interférer entre l’artiste et le public», annonce d’emblée Patrick de Rham. Le nouveau directeur du théâtre lausannois préfère l’ombre pour lui-même, même s’il souhaite le rayonnement national et international pour les artistes qu’il accompagne. Sa volonté affichée est de donner un accès direct et facilité à l’art vivant contemporain. Elle se manifeste notamment dans la nouvelle identité graphique épurée de l’Arsenic avec un programme

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion