Solidarité

Contre-réformes au Brésil

Donné partant pour cause de corruption, le président de facto Michel Temer se maintient au pouvoir grâce au soutien des lobbies. Dont celui très vorace de l’agrobusiness.
La rue FLICKR/CC/PAULISSON MIURA
Agriculture

Le 2 août, une majorité de la Chambre des députés du Brésil a décidé d’enterrer la plainte pour corruption lancée contre Michel Temer par le procureur-général de la République, Rodrigo Janot. Une mise en accusation qui faisait suite à la publication d’enregistrements accablants sur l’implication du dirigeant et de son parti, le PMDB, dans le Lava Jato, scandale de corruption qui secoue le pays depuis trois ans. M. Temer peut

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion