Solidarité

«Procès politique» au Sahara occidental

En juillet, de nombreux militants pacifiques de la cause sahraouie ont été condamnés par la justice marocaine à de lourdes peines de prison. Les défenseurs du peuple sahraoui en Europe dénoncent une parodie de justice.
Le camp sahraoui de Tindouf. DR
Maroc

A l’aube du 8 novembre 2010, les forces de sécurité marocaine font irruption dans le camp de protestation de Gdeim Izik au Sahara occidental pour l’évacuer. Des affrontements entre des manifestants et la police font des morts des deux côtés, dont onze gendarmes marocains. Près de sept ans après les faits, le 19 juillet dernier, la justice marocaine condamne vingt-trois Sahraouis à de lourdes peines pour l’assassinat des pandores. Huit

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion