Cinéma

La révolution ne sera (presque) pas télévisée

Dépassées en intensité dramatique par les épreuves de la guerre, les séries TV syriennes, connues pour leur réalisme social, n’ont pas su dépeindre la glaçante réalité post-révolutionnaire.
Dans la série «Mane’ fi Souria» («Interdit en Syrie») WATAR PROD.
Révolutions! (IV)

Dans la cour intérieure d’une bâtisse en ruines de la vieille ville plurimillénaire d’Alep, Oum Abdo boit le thé avec une amie quand elle reçoit le coup de fil d’une société de jeu par téléphone qui lui promet de réaliser son rêve. La jeune fille sort dans les rues recouvertes de parpaing écrasé et répond: «Mon rêve? Ah, ce serait de vivre en paix, que les déplacés reviennent tous vivre

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion